Chine Xinjiang
La musique des Ouïgours
La musique ouïgoure est d'une grande richesse et d'une remarquable originalité. Elle prend racine dans un passé culturel brillant, où se mêlent des éléments indo-iraniens, bouddhiques, manichéens, turcs et musulmans. Une musique émouvante et tonique qui fleure étrangement un parfum d'Extrême-Orient.
L'histoire et les répertoires de la musique des Ouïgours
La musique des Ouïgours prend racine dans un passé culturel brillant, accumulant des éléments des antiques civilisations indo-iraniennes (Tokhariens, Sogdiens), le bouddhisme, le manichéisme, la culture turcique et enfin musulmane. Les Ouïgours sont proches des Ouzbeks par leur langue et leurs coutumes.Un de leurs points communs est la mise en forme du répertoire en grandes suites comparables aux nuba arabo-andalouses ou au Shash Maqâm tadjikouzbek.
Les instruments
Le dutâr est un luth à long manche largement répandu, sous des formes différentes, depuis le Kurdistan jusqu'au Xinjiang. Le luth à long manche tanbur appartient également à cette aire. Le ghijak est répandu dans toute l'Asie sous des noms et des formes variées. Il s'agit là d'une viole à pique dont la caisse est une sphère tronquée recouverte d'une peau de chèvre ou de poisson.
L'art du Muqam ouïgour de Xinjiang
Le Muqam Ouïgour de Xinjiang est le terme général qui désigne un ensemble de pratiques du Muqam très répandues dans les communautés Ouïgour, l'une des minorités ethniques les plus importantes de la République populaire de Chine. Tout au long de l'histoire, la région de Xinjiang s'est distinguée par l'importance des échanges culturels et de l'enrichissement mutuel entre l'Est et l'Ouest, du fait notamment de sa situation sur la Route de la soie.
La préservation du Muqâm ouïgour dans le Xinjiang
Partout où l'on trouve des membres de l'ethnie ouïgoure est pratiqué l'art du Muqâm. À l'heure actuelle, le Xinjiang est en train de construire 10 centres d'enseignement du Muqâm – 2 grands et 8 petits – ayant pour objectif de perpétuer cet art traditionnel. En 2006, Le Centre de Muqâm des Turpan a été créé et accrédité. Ces centres d'enseignement offrent une plateforme permettant aux artistes folkloriques de se représenter sur scène et aux jeunes d'apprendre le Muqâm.
 
Coopération    |    Qui sommes-nous    |    Contactez-nous
Société à responsabilité limitée de propagation du Wu Zhou, Tous droits réservés