China Xinjiang

中文 丨  English 丨  Deutsch 丨  日本語 丨  Français 丨  Русский

  • 1
  • 2
  • 3
  • Acceuil
  • Actualité
  • Photos
  • Xinjiang ABC
  • Vidéos
  • Je recommande
  • Pourquoi dit-on « vert jade » ?
    2017-05-22    source:French.china.org.cn     author:

    Le jade n’est pas toujours vert; il se présente dans diverses nuances de vert ainsi que dans d’autres couleurs du blanc au noir, comme on peut le voir dans ce magnifique écran sculpté en jade.

    Partie centrale d’un immense paravent de jade multicolore

    Ce tableau se compose de 12 panneaux de 5 mètres de largeur sur 2 mètres de hauteur, encadrés et rivés. Il montre des scènes légendaires des groupes ethniques rassemblés dans l’harmonie le long de la Route de la soie.

    La scène qu’on voit ici représente l’empereur des Tang (618-907) qui donne un banquet avec chants et danses en l’honneur des hôtes venus de l’étranger. On y trouve des dieux, des animaux, des fleurs, des paysages, des palais et des temples.

    Il a fallu cinq ans à l’artiste Wang Yinhua, né en 1962 à Xianju dans la province du Zhejiang, pour réaliser cette magnifique pièce, unique dans l’histoire. Wang s’était adjoint 80 artistes professionnels, après avoir mis cinq ans à recueillir les fonds nécessaires. En décembre 2002, le tableau gigantesque était exposé à Hangzhou dans le cadre de la Troisième Exposition nationale des Arts populaires de Chine, et j’ai eu le bonheur de le voir de mes yeux.

    Tout à fait à gauche, on voit en bas-relief la représentation d’une sculpture qui se trouve dans les grottes de Dunhuang; on remarque une artiste habile qui joue du pipa derrière son dos.

    C’est justement après avoir visité les grottes de Mogao à Dunhuang et les créations de la dynastie des Tang à Xi’an que l’autodidacte Wang Yinhua, a décidé de célébrer lui aussi la gloire de l’ancienne Route de la soie.

    Il aura fallu 30 tonnes de roche d’au moins dix types de jade pour réaliser l’immense paravent qui pèse, une fois terminé, 10 tonnes, et est décoré de centaines de perles, diamants et agates.

    Au tournant du siècle, les collectionneurs se sont particulièrement intéressés aux pièces de jade, ce qui a fait monter les prix en flèche. Un marchand m’a parlé d’une pièce en néphrite qu’il avait vendue 10 000 yuans dix ans auparavant, et dont le prix était estimé, en 2011, à « au moins un million » de yuans.

    Photo Liu Xin – China Daily. Dans un marché d’Urumqi, un client cherche le « caillou » qui fera sa fortune.

    Le jade de Hetian, au Xinjiang, est particulièrement apprécié. On le divise en shanliao (néphrite), qui est extrait d’une mine de grotte, et ziliao (caillou, galet), qui a été poli par l’eau d’une rivière pendant des milliers d’années. Ces « cailloux » sculptés par la nature sont sans prix. Un chou sculpté en jade, produit à Yangzhou et présenté à l’Exposition universelle de Shanghai en 2010, a été acquis par un couple français anonyme au prix de 130 millions de yuans. Par la suite, on a démenti la transaction, disant que l’objet était un trésor national et donc interdit de vente.

    Le jade est un silicate de calcium et de magnésium. La néphrite pure devrait être blanche, translucide, quasi opalescente, mais elle est rarement uniforme. Elle présente des veinures dues à la présence de pigments de fer.

    Au pied des monts Kunlun, à Hetian, le jade blanc (pur) fait vivre les collectionneurs et les spéculateurs. En 2006, une hausse de popularité du jade blanc a amené 50 000 personnes et 8 000 machines excavatrices à chercher fortune jour et nuit. Un village de tentes improvisé et de petits marchés, sur 30 km le long du fleuve, desservait cette population. L’année suivante, le gouvernement local a chassé les non-résidents des lieux et interdit la recherche mécanique.

    Mais attention ! N’achetez pas n’importe quelle pièce de jade. Il faut la caresser, la tâter, et si vous ressentez une impression négative, c’est qu’elle ne vous aime pas. Alors, rejetez-la.

    Un indice de fraude : quand vous regardez une pièce de jade contre la lumière forte d’une lampe, et que vous y voyez de petites bulles, la pièce est sans doute du jade fondu et elle contient probablement du verre. Par contre, les stries et fissures dans diverses directions indiquent l’authenticité, bien que la pièce puisse ne pas être de grande valeur.

    Aucune règle ne détermine le prix d’une pièce de jade. Il arrive qu’à un diner entre amis, ou avec des collègues ou des supérieurs, quelqu’un sorte un morceau de jade dans sa poche et vous propose de faire une offre. C’est ainsi que se passe la vente.

    Lorsque j’ai passé six semaines au Xinjiang dans le but d’écrire Ces gens merveilleux du Xinjiang, j’ai reçu en cadeau du gouvernement local de Hetian un bracelet de jade blanc.J’ose rarement le porter…

    En Mongolie intérieure aussi le gouvernement local m’a fait, en 2009, un cadeau impressionnant : une reproduction du Dragon à tête de cochon, en jade vert veiné de gris. C’était probablement un objet de culte ou un symbole de prestige.

    Le Dragon de jade à tête de cochon (Yu Zhu Long) de la culture de Hongshan, remonte à la société primitive, il y a 7000 à 8000 ans. On ne sait pas grand-chose sur cette époque; quand il n’existe aucun document historique sur les vestiges culturels trouvés, l’étude est alors suspendue.

    Le jade est censé porter fortune, et protéger du mauvais sort. C’est pourquoi les Chinois – un peuple particulièrement superstitieux – le portent en talisman. Pour la santé, le jade doit toucher la peau. On le dit « plus précieux que l’or, plus splendide que le diamant, plus éclatant que le rubis ». Sa dureté exceptionnelle, qui permet la sculpture seulement par abrasion, lui confère un caractère de force, tandis que sa luminosité légèrement huileuse évoque « la profondeur d’un lac et la brume nébuleuse qui parfois entoure les flancs des montagnes », selon le sage Confucius. Le jade est donc symbole de beauté, de noblesse et de valeur. C’est pourquoi les médailles de bronze, argent et or des JO de Beijing en 2008 étaient conçues selon une initiative unique : l’incrustation d’un disque de jade au revers.Remarquez les trois couleurs du jade.

    Si le jade peut impressionner parfois par sa masse, comme cette urne de 4 mètres d’une seule pièce, d’autres morceaux frappent par leurs couleurs multiples.

    D’autres fois, on est impressionné par le travail de la nature, c’est-à-dire qu’une pièce de jade semble avoir déjà subi le travail du sculpteur quand on la trouve, et qu’il ne reste que la finition à accomplir, comme le montre cette pièce de plus d’un mètre de hauteur.