China Xinjiang

中文 丨  English 丨  Deutsch 丨  日本語 丨  Français 丨  Русский

  • 1
  • 2
  • 3
  • Acceuil
  • Actualité
  • Photos
  • Xinjiang ABC
  • Vidéos
  • Je recommande
  • Les progrès de l’éducation, des sciences et techniques, de la culture et de la santé publique
    2009-11-24    source:fr.china.org    author:

    Au cours d’un demi-siècle après l’avènement de la Chine nouvelle, les activités sociales du Xinjiang ont connu des changements historiques dans tous les domaines.

    L’éducation s’est développée de manière stable.Le nombre des écoles primaires est passé de 1 335 en 1949 à 6 221 en 2001, celui des écoles secondaires de 9 à 1 929, celui des écoles secondaires spécialisées de 11 à 99 et celui des établissements d’enseignement supérieur de 1 à 21 ; le nombre des étudiants de l’enseignement supérieur a augmenté de 400 à 110 000 et celui des élèves de l’enseignement secondaire spécialisé de 2 000 à 97 300. En cinquante ans, 185 000 étudiants ont obtenu un diplôme universitaire. L’enseignement élémentaire n’a cessé d’être renforcé. L’enseignement obligatoire de neuf ans a été réalisé dans 65 districts (villes, arrondissements). L’enseignement pour adultes en tous genres se développe continuellement et finit par former un système de formation professionnelle et technique à divers niveaux et branches multiples. La proportion de la population instruite s’est accrue remarquablement et le taux d’analphabétisme parmi les jeunes et adultes est réduit à moins de 2 %.

    Les sciences et techniques n’ont cessé de progresser. La puissance générale des sciences et des techniques s’est renforcée considérablement. Des systèmes de recherche et d’exploitation, de généralisation technique, de gestion et de service concernant les sciences et techniques, caractérisés par une gamme complète et une répartition rationnelle des disciplines et dotés des caractéristiques locales du Xinjiang ont été créés. Un certain nombre de spécialistes scientifiques et techniques et un personnel scientifique et technique multiethnique compétent dans les domaines de la recherche, de l’exploitation, de l’expérimentation, de la généralisation et de la gestion ont été formés. Des centres d’expérience et des bases d’essai rassemblant les atouts scientifiques et techniques du Xinjiang ont été construits. L’industrialisation et la commercialisation des réalisations scientifiques et techniques se sont accélérées, ce qui a permis à l’agriculture de changer ses modes de production et d’exploitation classiques et d’obtenir des succès remarquables dans les domaines de la plantation protectrice, des techniques d’irrigation et de l’amélioration des variétés, à l’industrie d’augmenter le rendement économique des entreprises grâce à la refonte technique et de renforcer la compétitivité sur le marché et aux sciences et techniques de jouer pleinement leur rôle important dans le développement économique et les progrès sociaux. Fin 2001, les techniciens des entreprises et des établissements d’utilité publique étaient au nombre de 385 100. Depuis plus de 50 ans après la fondation de la Chine nouvelle, le Xinjiang a accompli 7 102 importantes réalisations scientifiques et techniques dont 201 ont été primées par l’Etat. La technique d’élevage du mérinos a atteint un niveau avancé national et celle de construction des routes dans les déserts un niveau avancé international.

    L’art et la culture sont en plein épanouissement. Avant l’avènement de la Chine nouvelle, on ne trouvait au Xinjiang aucune troupe artistique professionnelle, aucun établissement de recherche artistique ni aucune école d’arts. En 2001, la Région autonome comptait 89 troupes artistiques, 107 établissements de recherche et de création artistiques et un grand nombre d’écoles d’arts. Les Uygur, les Kazak, les Hui, les Kirgiz, les Mongols, les Tajik, les Xibe et les autres ethnies minoritaires ont tous leurs propres troupes artistiques professionnelles. Un grand nombre d’artistes ethniques ont fait leur apparition. Avant l’avènement de la Chine nouvelle, on ne trouvait au Xinjiang aucune bibliothèque ni aucun musée. Aujourd’hui, la Région autonome compte 81 bibliothèques publiques et 23 musées. Ces dernières années, la radiodiffusion et la télévision ont connu un développement rapide. A l’heure actuelle, le Xinjiang possède 41 stations de radiodiffusion et de retransmission et 826 stations de télévision et de retransmission, couvrant respectivement une population de 91,3 % et 90,93 %. La création littéraire et artistique est fructueuse. Un grand nombre de brillantes œuvres artistiques telles que L’arc-en-ciel des monts Tianshan et L’avant-garde du Muqam ont été primées par l’Etat. Notre beau pays du Xinjiang, un grand numéro de chants et danses, a eu un grand retentissement dans toute la Chine. Certaines œuvres littéraires et artistiques d’un style ethnique élégant se sont fait connaître dans le monde entier. Le nombre de titres et de tirages des livres, des journaux et des périodiques s’est multiplié. De 1952 à 2001, le nombre de titres des journaux est passé de 4 à 98 dont 43 en langues des ethnies minoritaires.

    La santé publique a connu un développement rapide. En 1949, le Xinjiang ne comptait que 54 établissements médicaux avec 696 lits d’hôpitaux, soit 1,6 lit et 0,19 médecin pour 10 000 habitants. Et de surcroît, les établissements sanitaires étaient concentrés dans certaines villes ou certains bourgs. En 2001, on comptait au Xinjiang 7 309 établissements sanitaires dont 1 357 hôpitaux (11 grands hôpitaux) avec 71 000 lits, soit 35,1 lits pour 10 000 habitants. Les techniciens sanitaires professionnels étaient au nombre de 97 500 dont 33 600 appartenaient à des ethnies minoritaires. Le nombre de médecins pour 1 000 habitants, celui de lits d’hôpitaux pour 1 000 ruraux et celui de personnel sanitaire rural sont tous supérieurs à la moyenne nationale. Dans les régions agricoles et pastorales, a été mis en place un réseau de santé à trois niveaux : district, canton et village. A l’heure actuelle, l’ensemble des 85 districts (villes) de la Région autonome possède des hôpitaux, des services antiépidémiques et des dispensaires pour femmes et enfants ; tous les cantons ont des centres de soins et tous les villages disposent des services médicaux, mettant fin à la période où les paysans et pasteurs manquaient de soins médicaux et souffraient des maladies. Le niveau médical a augmenté considérablement. Certains grands hôpitaux de la Région autonome, des préfectures et des départements sont équipés des installations médicales modernes. L’éventail des disciplines médicales s’est élargi. Beaucoup de maladies pénibles et problématiques peuvent être soignées dans la Région autonome. Le Xinjiang compte 207 services antiépidémiques et 17 centres spécialisés dans les maladies endémiques. Les maladies endémiques et contagieuses, léguées par l’histoire et portant atteinte à la santé des habitants multiethniques, ont pratiquement été éliminées. Le taux de vaccination a atteint 85 % au niveau de la Région autonome, des districts (villes) et des cantons (bourgs). La morbidité des maladies contagieuses a diminué sensiblement. Grâce à la sollicitude du gouvernement central, le projet de l’amélioration de la qualité de l’eau potable a été mis en œuvre sur une grande échelle dans la Région autonome et a enregistré les premiers résultats positifs. La population bénéficiant de ce projet s’est chiffrée à 8,5 millions d’habitants et celle consommant désormais l’eau courante à 8,1 millions. La protection des femmes et des enfants est privilégiée. Aujourd’hui, dans les régions rurales, 70 % des femmes ont été accouchées à l’aide des nouvelles techniques et 50 % à l’hôpital. Le taux de couverture du système de protection pour les femmes enceintes et accouchées a atteint 90 % en ville et 50 % à la campagne. Celui pour les bébés, 70 % en ville et 30 % à la campagne.