China Xinjiang

中文 丨  English 丨  Deutsch 丨  日本語 丨  Français 丨  Русский

  • 1
  • 2
  • 3
  • Acceuil
  • Actualité
  • Photos
  • Xinjiang ABC
  • Vidéos
  • Je recommande
  • Chongqing: La ville-montagne
    2017-12-13    source:French.china.org.cn    author:

    Jiao Feng, membre de la rédaction

    Chongqing, 4e municipalité relevant directement de l'autorité centrale de Chine, après Beijing, Shanghai et Tianjin, se situe dans le sud-ouest du pays.

    Le 3 octobre 2016, des touristes empruntent les télécabines qui surplombent le Yangtsé pour admirer les paysages de Chongqing.


    Erigée dans les montagnes, la ville de Chongqing a reçu le surnom de « ville-montagne » et donne à voir un paysage urbain particulier en raison du relief naturel auquel elle a dû s'adapter:  à Chongqing, les immeubles s'élèvent de part et d'autre de la route, au-dessus et en-dessous; comme adossés à la montagne, ils dessinent à l'horizon des lignes qui se superposent à l'infini. La ville a également hérité d'un autre surnom: « le fourneau » qui fait certes référence à ses étés particulièrement chauds mais aussi à une de ses spécialités culinaires: la fondue de Chongqing dont la réputation en Chine n'est plus à faire, ni d'ailleurs dans un certain nombre de pays, entre autres le Japon, les états-Unis et la Russie.

    Chongqing est à la fois un centre économique, financier, culturel, pédagogique et même scientifique et technologique du cours supérieur du fleuve Yangtsé, et une plaque tournante pour le transport et le commerce dans le Sud-Ouest de la Chine. La ville est également un pôle majeur de l'industrie moderne.

    Dans les maisons de thé de Chongqing, le service du thé est tout un art.

    Une ville en relief

    Chongqing se situe à l'intersection du fleuve Yangtsé et de la rivière Jialing. Le fleuve Yangtsé traverse d'ouest en est les montagnes Wushan: c'est le site des Trois Gorges dont les paysages pittoresques sont célèbres dans le monde entier. Au cœur des montagnes Daba, Wushan et Wuling notamment, la ville s'ouvre sur un paysage vallonné très différent de celui qui entoure les villes des grandes plaines. Avec ses routes sinueuses qui montent et qui descendent et ses flancs de montagnes parsemés de maisons et d'immeubles, Chongqing est une ville en 3 dimensions, dotée d'un paysage urbain absolument unique.

    Prenez par exemple l'arrondissement Yuzhong, au centre de Chongqing. Sa surface totale ne dépasse pas 9 km2, mais l'altitude des quartiers qui le composent est très variable. Chaotianmen s'élève à 168 mètres, Jiefangbei à 249 mètres, Loquat Hill à 340 mètres et Eling Park culmine autour de 400 mètres. Il faut savoir que les habitants de la ville ne disent jamais « marcher sur les routes » mais « monter les routes ». Les escaliers de pierre escarpés sont l'une des particularités de la ville de Chongqing. Les habitants ont développé pour ceux-ci une affection toute particulière: ils ont l'habitude de s'y installer pour vendre des remèdes à base de plantes, des patates douces, des aiguilles et du fil, des gâteaux au sésame et autres petits déjeuners, ou pour proposer des services comme le nettoyage d'oreilles ou la pédicure. C'est un véritable parcours santé pour les habitants de la ville.

    La conduite sur les routes en lacets de Chongqing peut être une expérience assez palpitante: une montée escarpée, un virage et vous voilà déjà en train de redescendre sur un autre versant. Peu de routes sont suffisamment droites pour que l'on puisse en apercevoir le début et la fin. Mais le plus sensationnel à Chongqing reste la traversée des viaducs. Vu de loin, le viaduc Sujiaba qui se dresse à 72 mètres au-dessus du sol ressemble à un grand huit. Quant au pont de Rongqiao, construit sur trois niveaux, il rappelle la forme d'une spirale. Vu du ciel, il fait penser à un circuit de course automobile qui tourne sur trois niveaux. Dans l'arrondissement Banan, les habitants ont même construit une route en forme de vague de 300 mètres de long directement connectée à chaque niveau d'un bâtiment à quatre étages. Venez emprunter les creux et les crêtes de cette route qui serpente et vous aurez l'impression de surfer sur les vagues.

    Le 11 juillet 2017, le gouverneur général canadien David Johnston déguste la fondue de Chongqing tout en admirant le spectacle du changement de masque.


    Le métro de Chongqing est également une attraction palpitante; s'adaptant au relief complexe de la ville, il longe le fleuve Yangtsé, passe à travers des bâtiments et sous des versants de montagnes boisés. Sur certaines sections, il dessine la forme d'un S et prend même un virage à 90 degrés. Aucun métro ne peut tenir la comparaison avec celui de Chongqing. On dit parfois que cette ville est un lieu magique pour les touristes. Si vous venez à Chongqing, ne manquez pas d'emprunter la ligne 2 du métro, vous vous croirez sur des montagnes russes!

    La capitale de guerre de la Chine

    Pour des raisons historiques, Chongqing a servi de siège administratif au gouvernement de la République de Chine pendant la période de la Guerre de résistance contre l'agression japonaise, devenant alors un centre politique, militaire et économique qui concentrait de nombreuses ressources et attirait les élites des sphères culturelles et intellectuelles. Le gouvernement du Guomindang chinois a choisi Chongqing comme base pour mener son combat contre les envahisseurs.

    En 1931, l'armée japonaise lance une invasion contre la Chine. En novembre 1937, alors que certaines villes majeures de Chine sont tombées sous l'occupation japonaise, le gouvernement du Guomindang décide de déplacer sa capitale de Nanjing à Chongqing qui devient alors la capitale de guerre de la Chine. En 1945, le gouvernement du Guomindang, de retour à Nanjing, décide que Chongqing gardera le statut de capitale secondaire permanente de la Chine.

    Lorsque le gouvernement décida de déplacer la capitale à Chongqing, un grand nombre d'usines, d'institutions commerciales, financières, culturelles, éducatives, scientifiques et de recherche quittèrent le littoral et les régions des cours moyen et inférieur du fleuve Yangtsé pour s'installer à Chongqing. De nombreuses entreprises industrielles et commerciales ainsi que des établissements d'enseignement, de recherche scientifique, des institutions culturelles et des centres médicaux y furent créés afin de répondre aux besoins de la guerre. Chongqing s'imposa comme un centre politique, militaire, économique et de renseignements de l'arrière-pays. Des agences de presse et des journaux de renommée internationale tels que la TASS (agence de presse russe), Reuters, Associated Press, United Press International, The Times, et The New York Times ainsi que des dizaines d'institutions et d'organisations antifascistes et contre la guerre ouvrirent des agences à Chongqing qui devint alors une plate-forme internationale de collaboration entre divers pays.

    Le 23 juillet 2014, à Chongqing, un paquebot se dirige vers le quai du temple Zhang Fei.

    Lorsque la Guerre du Pacifique éclata, le département de commandement suprême des forces alliées en Chine fut installé à Chongqing, avec, sous sa responsabilité, les forces alliées de Chine, du Vietnam, de Birmanie et de Malaisie. Pendant cette période, plus de 30 pays parmi lesquels l'Union soviétiques, les états-Unis, le Royaume-Uni et la France établirent des ambassades à Chongqing. Enfin, des organisations antifascistes internationales et des institutions ayant pour mission de promouvoir les échanges culturels, s'implantèrent également à Chongqing. à cette époque, la ville jouait un véritable rôle sur la scène internationale.

    Aujourd'hui, Chongqing est une ville commerciale et industrielle majeure du sud-ouest de la Chine. La voie ferrée Chongqing-Xinjiang-Europe parcourt environ 11 179 km à travers le Kazakhstan, la Russie, la Biélorussie et la Pologne avant de rejoindre Duisbourg en Allemagne. Depuis la mise en service de la ligne en 2011, plus de 1 000 trains ont déjà circulé entre Chongqing et l'Europe. Cette liaison ferroviaire a facilité les échanges entre la Chine de l'Ouest et l'Europe; la livraison des biens par le train nécessite 20 jours de moins que par la voie maritime. Sur les dernières années, la production d'ordinateurs portables à Chongqing couvre un tiers de la production mondiale, ce qui lui a valu la réputation de « plus grande base de production d'ordinateurs portables au monde ».

    L'héritage unique de la culture Bayu

    Le terme « Bayu » qui désigne la culture locale de Chongqing vient du nom du peuple originaire de Chongqing, le peuple « Ba » et du diminutif utilisé pour désigner la ville de Chongqing, « Yu ». La culture Bayu est une des cultures les plus spécifiques du cours supérieur du fleuve Yangtsé. Elle dérive de la culture du peuple Ba (un groupe ethnique qui vivait dans l'est du Sichuan et dans d'autres provinces voisines de Chine). Parmi les éléments clés de la culture Bayu, on peut citer l'opéra du Sichuan, la cuisine du Sichuan, la « culture dock », les chansons de Chuanjiang Haozi que les bateliers chantaient pour ramer en cadence, la broderie du Sichuan et le dialecte local.

    L'opéra du Sichuan est particulièrement populaire dans les régions du sud-ouest de la Chine comme le Sichuan, la région de Chongqing, le Yunnan et le Guizhou. Le masque est une des spécificités de ce type d'opéra. Au fur et à mesure des péripéties et des changements d'humeur des personnages, les comédiens changent de masque en un tour de main. Aujourd'hui, l'opéra du Sichuan est très apprécié dans tout le pays et commence à acquérir une reconnaissance dans le monde entier.

    Traditionnellement, Chongqing a toujours été une plaque tournante de transports en amont du fleuve Yangtsé. Les docks s'alignent le long du fleuve et les navires marchands s'agitent dans un perpétuel va et vient. Lieu de communication par excellence, la zone portuaire a favorisé les échanges entre les cultures de la région du sud-ouest et de tout le bassin du fleuve Yangtsé. Le mélange des cultures, parmi lesquelles on retrouve la culture communautaire de Chongqing, a donné naissance à la « culture dock ». Aujourd'hui, la culture dock est principalement rattachée à des formes d'art liées au dialecte local et à la culture des maisons de thé. à Chongqing, les maisons de thé foisonnent et les habitants de la ville s'y rendent volontiers pour étancher leur soif, se rafraîchir, ou tout simplement pour se retrouver, discuter et se raconter des histoires autour d'une tasse de thé. Les maisons de thé ont joué un rôle majeur dans le développement de la littérature populaire orale en Chine.

    La cuisine de Chongqing se classe dans la famille de la cuisine du Sichuan et s'enorgueillit d'une large gamme de saveurs et d'assaisonnements tels que le piment, le poivre du Sichuan, et la sauce de fèves épaisse. Le plat le plus célèbre est sans aucun doute la fondue de Chong-qing. Ce plat diffère des dîners chinois traditionnels où les convives s'installent en cercle pour partager des plats cuisinés. Ici, les convives (2 à 10 personnes, voire plus) se rassemblent autour d'une casserole où mijote un bouillon aromatisé. Les ingrédients, poulet, poisson, porc, bœuf et légumes sont servis crus. Les convives les plongent dans le bouillon frémissant et les trempent ensuite dans une sauce avant de les manger. Il existe différents types de bouillons comme le bouillon à l'huile rouge épicé, ou le bouillon aux fruits de mer. Les restaurants proposent généralement un large choix de sauces afin de satisfaire tous les goûts.