China Xinjiang

中文 丨  English 丨  Deutsch 丨  日本語 丨  Français 丨  Русский

  • 1
  • 2
  • 3
  • Acceuil
  • Actualité
  • Photos
  • Xinjiang ABC
  • Vidéos
  • Je recommande
  • Le Pakistan affirme que les otages chinois étaient des prédicateurs
    2017-06-19    source:French.china.org.cn    author:

    Le Pakistan a confirmé lundi que deux citoyens chinois enlevés le mois dernier ont été tués par l'Etat islamique (EI). Les deux victimes étaient selon les autorités des prédicateurs qui avaient obtenu des visas en se faisant passer pour des hommes d'affaires pour entrer dans le pays.

    Le ministère pakistanais de l'Intérieur a identifié les deux individus comme « Lee Zingyang, âgé de 24 ans », et « Meng Lisi, âgée de 26 ans », a rapporté Reuters. Aucune information personnelle sur les deux victimes n'a été révélée par le gouvernement chinois, ni par le gouvernement pakistanais.

    Le ministère de l'Intérieur a déclaré que les deux individus étaient entrés au Pakistan avec des visas d’affaires, puis qu’ils s’étaient rendus à Quetta, où ils faisaient semblant d'apprendre l'ourdou auprès d'un propriétaire d'entreprise coréen, alors qu’ils « se livraient au prosélytisme ».

    Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang, a déclaré lundi que la Chine et le Pakistan continuaient d’échanger pour confirmer les informations sur ce dossier.

    Lu Kang a souligné que l'amitié sino-pakistanaise n'a pas été affectée par cet incident, et que le président chinois Xi Jinping et le premier ministre pakistanais Nawaz Sharif ont mené une conversation fructueuse lors du 17e sommet de l'Organisation de coopération de Shanghai à Astana, au Kazakhstan.

    Le Pakistan s’est engagé à renforcer la protection des citoyens chinois après l’annonce de l’Etat islamique sur l’exécution des deux otages.

    « Les forces de l’ordre ont prévu de dépêcher une division de l'armée de 15 000 hommes pour protéger les projets de l'initiative du Corridor économique sino-pakistanais », a indiqué lundi un journal pakistanais.

    Le ministère chinois des Affaires étrangères a condamné samedi l'acte terroriste et a rappelé que la Chine s'oppose résolument à tout acte d'enlèvement de civils, ainsi qu’à toute activité terroriste et violente.

    Ce drame a déclenché une nouvelle vague de colère contre le terrorisme islamique dans l’opinion publique chinoise, qui craint déjà le risque terroriste et extrémiste dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang.

    Interdiction du prosélytisme

    Parallèlement, les analystes chinois ont alerté les autorités au sujet d’une autre tendance dangereuse susceptible de mêler la Chine au risque terroriste à l'étranger, car des missionnaires sud-coréens recrutent apparemment des Chinois pour prêcher dans les pays musulmans.

    Les experts rapportent un nombre croissant d’activités menées par des groupes chrétiens sud-coréens qui tentent de convertir des fidèles en Chine, un pays officiellement athée, et se livrant au prosélytisme dans des pays musulmans, où de telles activités sont interdites et sont parfois même passibles de la peine de mort.

    Les analystes ont rapporté que certaines activités missionnaires illégales menées par des groupes religieux sud-coréens en Chine seraient parrainées par les services secrets de Séoul.

    « Des missionnaires sud-coréens mènent des activités souterraines en Chine depuis au moins dix ans. De nombreuses organisations missionnaires sont même parrainées par l'agence de renseignement [sud-coréenne], le Service national de renseignement », a déclaré Chu Yin, professeure agrégée à l'Université des relations internationales.

    Outre le recrutement de jeunes en Chine, les missionnaires sud-coréens envoient des adolescents dans des pays musulmans au péril de leur vie. Par rapport aux Chinois, un plus grand nombre de Sud-Coréens ont été tués à l'étranger en raison d’activités missionnaires dans des régions islamiques conservatrices, a indiqué au Global Times un étudiant qui a participé à plusieurs activités secrètes organisées par la Corée du Sud.

    « Normalement, ces missionnaires tentent d'attirer de jeunes étudiants chinois qui viennent dans les églises parce que ces étudiants veulent en savoir davantage sur le christianisme. Certains d'entre eux proposent des billets d'avion, des logements et des repas gratuits si les adolescents chinois se rendent en Corée du Sud. Les missionnaires séjournent en Chine en prétendant être des étudiants de recherche ou des enseignants en programme d’échange, et de nombreux étudiants chinois décident de les accompagner », a expliqué cet étudiant anonyme.

    « Certains Chinois participent volontairement à des activités missionnaires dangereuses dans des pays comme le Pakistan, l'Afghanistan et l'Irak après avoir été convertis par des Sud-Coréens », a-t-il ajouté.

    La Chine a des règles très strictes sur les activités religieuses étrangères sur son sol. Le pays interdit aux étrangers de convertir ses citoyens.